ECO TRANSPORT
Transport écologique et mobilité durable


rss twitter twitter

Autolib’ : les effets pervers du système « One way »

Publié par le 10 Sep 2009 dans la catégorie: Actualité de l'autopartage

Autolib - vehicule electrique en libre service à Paris
Nous vous en parlions en juillet, le projet Autolib’ est sur les rails. Novateur et très attendu par certains, d’autres voient en ce projet le risque de relancer l’usage de la voiture à Paris.

Le projet Autolib’ du Maire de Paris, Bertrand Delanoë, fait déjà couler beaucoup d’encre.
Nous vous rappelons que l’idée d’Autolib’ est de proposer un parc de voitures électriques en libre service dans Paris, fonctionnant à l’identique des Vélib’ mis en place à Paris et dans de nombreuses villes françaises.

Ainsi, à la différence de l’autopartage « classique », Autolib’ permettrait de prendre une voiture électrique dans une station et de la rendre dans une station différente, plus ou moins éloignée de la station de départ.

C’est cette notion de trajet « one-way » qui pose aujourd’hui problème. L’association La Voiture Autrement attire notre attention et souligne le caractère dangereux d’un tel projet de voitures en libre service.

En effet, à partir du moment où je peux prendre une voiture en bas de chez moi et la déposer facilement dans une station proche de ma destination, pourquoi prendrais-je un vélib’ ou les transports en commun ?

Alors que l’on souhaite limiter l’utilisation de la voiture dans les centre-villes, aussi écologique que soit la voiture en question, que l’on investi de l’argent dans la mise en place de transports en commun un peu partout, est-il opportun de donner la possibilité à chacun de prendre une voiture pour n’importe quel déplacement dans paris ?

En outre, la mise en place d’un système « one-way » engendrera des couts importants, couts qui seront bien entendus à la charge du contribuable.
En effet, le one-way nécessite :

  • plus d’emplacements de stationnement : il faut en effet avoir toujours des places libres pour ramener votre véhicule électrique, donc prévoir un réaménagement du territoire bien différent des seules places de stationnement classiques utilisées par l’autopartage,
  • une logistique permettant de déterminer et de rééquilibrer l’approvisionnement des stations en véhicules …

Rappelons qu’il existe déjà 5 sociétés d’autopartage à Paris, listées dans notre annuaire de l’autopartage
La semaine de la mobilité qui débute mercredi prochain, et dont le slogan est « bougez autrement« , a pour objectif de faire prendre conscience à chacun d’entre nous du fait que la voiture n’est pas une finalité et qu’il existe de nombreuses solutions de transport alternatives. Une contradiction politique de plus ?




Derniers articles relatifs :


Une Réponse »

  1. Bonjour,
    atricle très intéressant, quelques remarques:
    1) sur Vélib aujourd’hui, dont je suis utilisateur, il y a un gros problème de régulation: essayer d’aller à Chatelet un samedi à 14H, et c’est l’assurance de tourner pour trouver un emplacement libre: comment cela va se passer avec autolib à votre avis ?
    2) le risque est moins de prendre la voiture en bas de chez soi, à vide, que de la prendre systématiquement à la sortie d’un magasin par exemple ou lorsque l’on est quelque part et chargé…
    3) la suppression de places de stationnements pour Autolib va entrainer encore plus de voitures qui tournent pour chercher une place…

Laisser un Commentaire